L’histoire de Cappadoce

0
357

La Cappadoce, nom historique, désigne une région d’une cinquantaine de kilomètres dont les frontières ont fluctué dans le passé. Elle comprend notamment les villes de Nevsehir, Urgup, Avanos pour une population de moins d’un million d’habitants. En plein cœur du plateau central anatolien, le parc national de Göreme se caractérise par son paysage volcanique. Les cendres et les boues d’anciennes éruptions ont formé une succession de crêtes montagneuses. Les pics connues sous le nom de « cheminées de fées », le tout constituant une formation géologique unique au monde. Premier site touristique de la Turquie, l’endroit fascine par la quantité de cités souterraines, d’églises et de villages troglodytiques dont il regorge.

L’histoire de la Cappadoce commence au IIème millénaire avant JC avec les conquêtes de l’empire Hittite. Elle devient alors le centre de l’empire et une zone commerciale minière (or, cuivre, argent) importante dont les échanges se faisaient avec les Assyriens. Les Hittites prirent pour capitale Hattousa et fondèrent plusieurs villes.

Vers 1200 av. JC, l’empire succombe notamment à l’invasion des « Peuples de la mer » et des Phrygiens, originaires d’Europe centrale et oriental. Cependant, ils succomberont à l’invasion de l’empire perse. C’est notamment à cette période que le nom de « Cappadoce » a été mentionné : les perses l’appelaient la province de « Katpatuka », qui signifiait « pays des beaux chevaux ».

Toutefois, la région devient indépendante et s’allie avec les Romains et finit par être intégrée à son empire par Tibère. Au cours de cette période, la région se christianise et de nombreuses communautés monastiques s’installent. Des cellules sont creusées dans la roche. Elles se regrouperont dans les villages troglodytiques et les cités souterraines.  Kaymakli et Derinkuyu serviront de refuge contre les invasions arabes.

Après la séparation des églises d’Orient et d’Occident, l’empire byzantin subit de nombreuses agressions de la part de l’empire arabe des Omeyyades. Après une période d’insécurité, la Cappadoce connaît son âge d’or culturel, que l’on appelle « renaissance macédonienne » : sont alors creusées les plus belles églises dans la roche et sont peintes les fresques les plus importantes.

Toutefois, avec la bataille de Manzikert, l’armée byzantine est déroutée par les Turcs seldjoukides. Ils construiront de nombreuses mosquées et caravansérails qui longaient la route de la Soie. Toutefois, aucune église n’est transformée en mosquée car elles n’étaient pas orientées vers la Mecque.

En 1299, un vassal du Sultan prend le pouvoir et se proclame sous le nom d’Osman Ier, commence alors la dynastie ottomane. La région se convertit à l’islam : certains chrétiens quittent les lieux à la suite d’une sécheresse des sources souterraines. D’autres changent leur religion et apprennent la langue turque pour éviter les impôts et l’armée car les jeunes garçons chrétiens étaient enlevés pour remplir les rangs des janissaires. De nombreuses communautés derviches et alévies se développent, qui pratiquent un islam libéral ainsi que la langue cappadocienne, qui est un mélange entre le grec et le turc. Elle sera parlée par les Chrétiens restés dans la région.

Nevsehir devient la capitale régionale, qu’elle est encore aujourd’hui.

Avec la fin de la première guerre mondiale, le traité de Lausanne est signé en 1923. Il s’agit d’un accord qui met fin aux tensions entre les Turcs et les puissances Alliées européennes. La république de Turquie est proclamée par Mustafa Kemal Atatürk et des échanges de population sont planifiés entre la Grèce et la Turquie. Les chrétiens de Cappadoce sont expulsés vers la Grèce, et des musulmans grecs arrivent en terre turque. La langue cappadocienne disparaît, mais elle est encore parlée par des communautés de chrétiens turcs en Grèce.

La Cappadoce est une région qui jouit d’un contexte géologique et ethnologique incomparable. Outre son paysage féerique et lunaire, l’art byzantin dont elle regorge est l’un des plus remarquables à l’échelle mondiale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here