Göreme

0
393

Véritable curiosité de la Cappadoce, le musée en plein air de Göreme est un site incontournable à ne rater sous aucun prétexte ! Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le musée se situe à 1.5km de la ville de Göreme, soit 20 minutes à pied.

Pour mieux comprendre l’importance de ce lieu, il faut s’en référer à son étymologie : « Göreme » provient du verbe « görmek » qui signifie « voir » en turc. « Göreme » veut dire « ne pas voir ». En effet, les moines qui se sont établis dans cette vallée voulaient se cacher du monde extérieur pour s’adonner à la prière et pouvoir jouir d’une véritable paix de l’esprit. On ne se douterait pas en conduisant dans les alentours qu’un tel joyau composé d’églises et de chapelles troglodytiques existe !

Toutes les fresques représentent la vie de Jésus, depuis la nativité jusqu’à l’ascension.

A l’intérieur du site, les « cheminées de fée » font office de bâtiment. Le mieux conservé est le couvent des Nonnes. Dans les étages inférieurs, se situent les cuisines, les entrepôts de nourriture, les réfectoires. On peut d’ailleurs y observer les tables et les bancs construits à même la roche.

Aux étages supérieurs, sont creusés les églises et les dormitoires. Les églises possèdent des fresques qui témoignent de l’époque iconoclaste et de la période post-iconoclaste sous l’empire byzantin.

La période iconoclaste s’étend sur environ 120 ans (726 – 843). Il s’agit d’une crise culturelle et politique durant laquelle l’empereur Léon III l’Isaurien. Prenant peur du pouvoir croissant des archevêques et des monastères mais aussi du culte des icônes. Il décide d’interdire toutes les représentations du Christ et des Saints. Toutes les images furent détruites de façon systématique, des mosaïques qui ornent les églises aux enluminures des livres. Elles étaient considérées comme une hérésie.

L’église de Sainte Barbara est un bel exemple des fresques et ornementations qui pouvaient être réalisées sous la période iconoclaste. Elles étaient primitives et de couleur rouge. On pourrait croire qu’il s’agit de dessins d’enfants ! Peu de moyens existaient alors à l’époque, les représentations étaient surtout symboliques. Pour l’histoire, Sainte Barbara était une femme grecque qui s’était convertie au christianisme. Elle fut emprisonnée, puis décapitée par son propre père qui ne tolérait pas sa conversion. L’église, datant du 11ème siècle, est dédiée à son martyr.

L’église Karanlik, quant à elle, aussi appelée « dark church ». Elle est l’un des exemples les plus impressionnants de la période post-iconoclaste. Les fresques témoignent de ressources économiques plus importantes. Les monastères engageaient des artistes renommés ou bien des personnes riches devenaient mécènes de l’église. Les fresques, réalisées avec de la pierre lapis-lazuli, sont très bien conservées car il s’agissait d’un endroit difficile d’accès et qui avait été protégé de la destruction des habitants de la zone. De plus, elle comptait peu de fenêtres, l’absence de lumière a contribué à la préservation des fresques. Vous devez payer 10 livres additionnelles pour accéder à cette partie.

D’ailleurs, au cours de votre visite, vous pourrez remarquer que les visages et plus particulièrement les yeux des fresques de certaines églises ont été détériorés, voire complètement effacés. La représentation faciale de Dieu ou de ses prophètes est interdite en Islam, c’est pourquoi les habitants qui ont par la suite occupé ces lieux ont abîmé les fresques.

L’église de Tokali peut également être visitée avec le même ticket d’entrée, elle est située à 50 mètres du musée, en contrebas. Elle est encore en rénovation, mais elle possède les meilleures fresques de la région avec le plus de détails sur la vie de Jésus. La chapelle au sous-sol abritait autrefois des sépultures qui ont été emportées par les chrétiens qui ont été expulsés vers la Grèce lors des échanges de population.

Beaucoup des églises que l’on trouve au musée rupestre en plein air de Göreme portent des noms qui font référence à une de leurs particularités. Par exemple, l’église à la Sandale doit sa dénomination à une trace de pas que l’on trouve à l’intérieur. Qui est supposément l’empreinte de Jésus avant de monter au paradis. L’église du Serpent, s’appelle ainsi car à l’intérieur une fresque représente Saint Georges se battant contre un dragon. Les habitants confondaient autrefois avec un serpent. L’église de la Pomme, quant à elle, tient son nom du globe rouge que l’archange saint Michel tient dans sa main, que l’on peut confondre avec une pomme.

Toutefois, à partir du XIIème siècle, la Cappadoce fut attaquée maintes fois par les turciques Seldjoukides, qui annexèrent la région à leur empire. Puis, vinrent les ottomans. La conquête s’acheva avec la prise de Constantinople en 1453 et la Turquie devint alors officiellement musulmane. Les chrétiens durent fuir ou se convertir, et la vallée de Göreme fut désertée, les monastères et églises transformés en maisons, étables…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here